Que peut signifier la justice réparatrice pour chacun d’entre nous? Cela consiste à donner à toutes les parties impliquées dans un conflit, la possibilité de jouer un rôle actif dans le cadre d’un processus sûr et respectueux qui permet un dialogue ouvert.

Chez Justice alternative du Suroît, le service de médiation entre la victime et l’adolescent contrevenant est un processus dans le cadre duquel un médiateur qualifié prépare les victimes et les adolescents intéressés à communiquer et leur offre la possibilité de se rencontrer dans un milieu structuré et sécuritaire. Durant ces rencontres, la victime peut raconter son histoire, expliquer à l’adolescent les conséquences que le crime a eues sur sa vie sur le plan physique, affectif et financier, trouver des réponses aux questions en suspens et participer directement à l’élaboration d’options pour tenter de redresser les torts, dans la mesure du possible. L’adolescent a la possibilité de fournir de l’information et de percevoir différemment son comportement, ce qui l’aide à assumer la responsabilité de ses actes et à reconnaître les torts qu’il a causés. Par ailleurs, le processus n’a pas pour objet de trouver absolument un arrangement, mais plutôt de favoriser la communication.

Les modèles peuvent varier, mais ils possèdent tous certaines caractéristiques communes : la participation volontaire à toutes les étapes du processus, un travail préparatoire approfondi, la confidentialité et des médiateurs hautement qualifiés qui sont perçus comme des intervenants neutres par les deux parties. Les rencontres se font souvent en personne, mais il existe d’autres options, comme l’échange de lettres ou de messages vidéo. Un médiateur peut également jouer le rôle d’intermédiaire pour transmettre les messages entre les personnes. Le choix du modèle repose sur les besoins des participants.

Les raisons pour lesquelles une personne choisit de participer au processus de médiation sont très personnelles. La décision d’y participer peut se révéler complexe et difficile. Il s’agit d’un processus qui demande du courage mais qui apporte des résultats très positifs. Les personnes qui ont décidé d’y participer estiment que cela les a aidées à répondre à des besoins qui n’avaient encore jamais été satisfaits.

La justice réparatrice peut aussi contribuer à réparer les torts dans d’autres situations : au sein des familles, dans le voisinage, à l’école, au travail, par l’accomplissement de travaux bénévoles dans la communauté, etc. Réfléchissez aux différentes manières d’appliquer les valeurs et les principes de la justice réparatrice aux difficultés de la vie quotidienne.

Pour plus d’informations :
Justice alternative du Suroît 450-377-1333/ 1-800-377-3576
Courriel : reception@justicealternativedusuroit.com